Les hauts et les bas des lacs artificiels

En été, c’est un paradis pour les amateurs de sports aquatiques, les baigneurs et les promeneurs. En hiver et au printemps, il ressemble en revanche souvent à un paysage lunaire. Le lac de la Gruyère est le plus grand lac artificiel de Groupe E et nécessite une régulation élaborée afin de pouvoir absorber les volumes d’eau entrants.

Si l’on se rend régulièrement du pays de la crème double vers le chef-lieu du canton de Fribourg, on peut aisément observer les fluctuations du niveau d’eau du lac de la Gruyère au gré des saisons. À certaines périodes, un bateau n’est même plus nécessaire pour rejoindre l’Ile d’Ogoz, sur laquelle on peut alors se rendre à pied.

Mais pourquoi, au fond ?

Le lac de la Gruyère est un lac de retenue. Groupe E, son exploitant, l’utilise pour produire de l’électricité. Depuis le barrage de Rossens, une conduite souterraine permet d’acheminer l’eau jusqu’à la centrale de Hauterive. L’avantage des lacs artificiels : ils permettent de stocker l’énergie sous forme d’eau et de l’utiliser exactement quand les clients ont besoin d’électricité.

Produire de l’électricité au moment où elle est utilisée

Quand on exploite, comme c’est actuellement le cas de Groupe E, cinq lacs de retenue sur le cours d’une seule et même rivière, les collaborateurs doivent veiller précisément à la quantité d’eau qui arrive dans les lacs ou qui les quitte, et à quel moment. Sinon, il se peut qu’il n’y ait pas suffisamment d’eau à disposition quand la demande d’électricité est forte, ou que les lacs soient trop remplis et qu’il faille les vider. Cela peut provoquer des crues sur les tronçons du fleuve en aval.

Le lac de la Gruyère comme tampon

Ainsi, les collaborateurs du centre de conduite de Groupe E veillent à l’équilibre du niveau des lacs. Celui de la Gruyère, en tant que plus grand réservoir d’eau de l’entreprise, est particulièrement approprié pour absorber les flux importants et ainsi éviter que les lacs en aval ne se remplissent trop vite. Afin qu’il puisse exercer cette fonction de tampon, Groupe E doit y faire de la place quand de fortes précipitations sont prévues.

De la place pour les eaux de fonte

Au printemps, Groupe E abaisse le niveau de tous les lacs afin qu’il y ait suffisamment de place pour absorber la fonte des neiges. C’est la raison pour laquelle le niveau d’eau à cette période de l’année est souvent particulièrement bas. En été, en revanche, quand les précipitations sont faibles, l’entreprise peut faire monter le niveau des lacs, de sorte à ce que le public puisse s’y adonner à ses loisirs.

La prochaine fois que vous roulerez sur le viaduc de la Gruyère, observez donc le niveau de l’eau. S’il est particulièrement bas, c’est qu’il est temps de chausser vos skis pour la dernière fois de la saison !

Liens utiles :

Iris Mende

Texte: Iris Mende
Porte-parole